Articles Taggés ‘consultation médicale par téléphone’

La Psychothérapie soulagerait la fatigue chronique

28 février 2011

Psychothérapie et fatigue chronique : La Psychothérapie soulagerait la fatigue chronique selon une étude récente

Une nouvelle étude suggère que la psychothérapie et une augmentation progressive de l’exercice peut grandement bénéficier aux patients atteints du syndrome de fatigue chronique. Bien que cela puisse paraître une bonne nouvelle, les résultats – publiés dans la revue The Lancet – pourrait  déplaire à beaucoup de patients et intensifier un débat de longue haleine sur les causes de la maladie et comment la traiter.

Beaucoup de patients (ou usagers en santé), en citant deux études récentes de grande envergure, estiment que le syndrome peut être causé par des virus et apparentés aux symptômes de la leucémie (remarquée sur des études faites sur des souris), et ils réclament l’accès aux médicaments antirétroviraux utilisés pour traiter le virus qui cause le Sida. Ce traitement est très coûteux et devrait se poursuivre indéfiniment.

La nouvelle étude, effectuée dans des cliniques de Grande-Bretagne et financée par le gouvernement de ce pays, laisserait entendre que « des munitions » seraient donné à ceux qui pensent que la maladie est principalement psychologique ou liée au stress. Les auteurs notent que l’objectif de la thérapie cognitivo-comportementale, le type de psychothérapie testé dans l’étude, est de changer les facteurs psychologiques « supposés être responsables de la perpétuation des symptômes du participant et le handicap. »

Dans l’étude tant attendue, les patients qui ont été randomisés pour recevoir la thérapie cognitivo-comportementale ou la thérapie d’exercice, en combinaison avec des soins médicaux spécialisés, ont signalé une réduction des niveaux de fatigue et une plus grande amélioration du fonctionnement physique que ceux qui reçoivent les soins médicaux seuls. Il faut attirer l’attirer sur la formation des services médicaux sur la façon de reconnaître les signes de fatigue et d’ajuster leurs activités en conséquence.

Les interventions cognitives et comportementales décrites dans la nouvelle étude sont une série de sessions continue faite pendant plusieurs mois. Les chercheurs doivent aborder le rapport coût-efficacité des traitements dans un autre rapport. (Plusieurs des auteurs de l’étude ont rapporté des liens financiers avec l’industrie des assurances en santé.). En revanche, l’idée qu’une infection virale est responsable du syndrome de fatigue chronique, aussi appelé « encéphalomyélite myalgique« , a été proposé dès le début de foyers qui ont été étudiés dans le milieu des années 1980 aux États-Unis. Bien que des études ont montré que de nombreux patients atteints de la maladie ont des niveaux d’anticorps élevé pour plusieurs virus, aucun rôle causal n’a été démontré pour aucun d’eux. Une difficulté majeure réside avec la réalisation d’études sur le syndrome, c’est qu’il y a plusieurs façons de définir et d’identifier la maladie. Ces variations ont conduit à un large éventail d’estimations de sa prévalence. Les groupes de patients et certains chercheurs ont contesté les critères utilisés par les enquêteurs britanniques comme susceptible d’inclure de nombreuses personnes souffrant de dépression, ce qui provoque souvent une grande fatigue.

© Consultationmedicale.org

Sources : The Lancet

  • RSS
  • Twitter
  • YouTube